Archives mensuelles : novembre 2015

L’entourage

Ras le bol d’entendre mon entourage me dire des conneries du genre :

  • « T’en fais pas, ça a marché une fois, ça va remarcher! »

Ah bon, tu connais l’avenir toi!

  • « Maintenant que tu as été enceinte une fois, tu vas voir, tu n’auras même pas besoin de traitement ça fonctionnera tout seul. »

Mais bien sûr! Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu! Je n’ovule PAS naturellement, ça me semble un peu compliqué là quand même!

  • « Tu sais je connais machin qui connaît machin qui a perdu un bébé à 6 mois de grossesse et un an après ils ont eu des jumeaux naturellement »

Je nous souhaite vraiment d’avoir cette chance, naturellement (improbable) ou pas…

  • « Tu vas voir, tu vas très vite tomber enceinte avec le retour de couche on est hyperfertile! »

Comment dire? Je n’ovule pas et n’aurait jamais eu de retour de couche si on me l’avait pas « provoqué »… Je doute que ça fonctionne dans ce cas-là malheureusement.

Et la meilleure pour la fin :

  • « Ce n’est que partie remise! »

Alors là, heureusement je nous n’étions pas face à face parce que je pense que je l’aurais étranglée! J’ai perdu MON FILS, pas une partie d’échec! Jamais je ne pourrais l’oublier et je ne veux en aucun cas le remplacer. Mon fils est et restera mon aîné. Je souhaite simplement de tout mon cœur être aussi une maman, et pas seulement une mamange…

En PMA, on en entend des conneries de la part de notre entourage… Ça fait mal au début et puis après, on s’y habitue. La maladresse, l’indélicatesse et l’incompréhension font partie du quotidien. On se dit que c’est le manque de connaissance, la peur de blesser qui fait que les gens n’en parlent pas ou en parlent maladroitement.  Mais finalement, la bêtise humaine n’épargne rien ni personne. Heureusement que nous sommes aussi bien entourés, de personne bien attentionnées qui nous aiment et qui savent trouver les mots… Parfois (bien souvent), il suffit de pas grand chose.

La blogo aide aussi énormément. Tellement plus facile de parler sans retenue à quelqu’un qui sait ce que tu vies, qui traverse les mêmes difficultés. Merci à toutes celles qui m’ont écrit, vos messages de soutien me font vraiment chaud au cœur. Ça fait longtemps que je suis un certain nombre de blogs en sous-marin sans laisser de commentaire et je ne regrette absolument pas aujourd’hui de mettre ouverte à vous et d’avoir créer mon propre blog qui, je pense, m’apportera que du bon.

Triste Noël…

Dans un mois c’est Noël… Moi qui me réjouissais de le fêter cette année, qui m’impatientais de faire le sapin, de décorer l’appartement… C’est loin d’être le cas aujourd’hui.

Cela faisait des années que je n’avais plus retrouvé cet « esprit de Noël ». J’étais tellement heureuse de pouvoir partager cette fête en famille, avec mon ventre rond. Je m’étais même dit que c’était quand même dommage que je ne puisse pas manger de foie gras cette année, mais que de toute façon c’était loin d’être important, que le principal c’était qu’il soit là, au creux de moi… mon fils adoré.

J’aurais dû être enceinte de 6 mois et finalement il n’en sera rien.

Comme les années précédentes, je me passerai bien des fêtes de fin d’année, plus que jamais d’ailleurs.

Début d’un nouveau cycle

Hier, pour mon anniversaire, j’ai eu le droit à un cadeau assez spécial : mes règles. Elles étaient attendues mais pas si vite à vrai dire. En effet, mon gynéco voulait me mettre sous pilule pour un mois histoire de mettre mes ovaires au repos mais vu la tête que j’ai dû faire et les larmes qui remplissaient mes yeux, il a vite changé de plan en me proposant un traitement qui aurait le même effet sans être une pilule pour autant… Je l’en remercie d’ailleurs. Psychologiquement, ça aurait été très difficile pour moi de reprendre la pilule…

Néanmoins, je pensais pas que mes règles arriveraient avant même la fin du traitement (Provames pendant 20 jours et Progestan les 10 derniers jours)! D’habitude, quand je prends du Duphaston, il se passe quelques jours après l’arrêt du traitement avant que mes règles débarquent, là non. Tant mieux. J’ai hâte que les choses avancent.

Maintenant, plus qu’à attendre mon prochain rdv pour programmer l’hystéroscopie. En espérant qu’elle puisse avoir lieu en décembre comme prévu.

Et maintenant?

Que fait-on à part subir le temps?

Ne rien faire n’est peut-être pas la bonne solution. Mais retourner travailler me semble bien trop difficile encore…

Finalement, je passe mon temps à attendre… le retour de mon mari le soir, mon prochain rdv chez le gynéco, l’hystéroscopie en espérant comprendre enfin ce qu’il s’est passé…

En parlant de l’hystéroscopie, nous espérons qu’elle nous apporte des réponses. Ça va peut-être choquer, mais j’en suis parfois même à souhaiter que le gynéco me détecte un nouveau souci (opérable ou facilement gérable, je suis pas folle!), pour afin savoir pourquoi nous avons perdu notre petit cœur… La piste de l’infection a été écartée alors si l’hystéroscopie ne donne rien, nous resterons dans le flou et je dois dire que ça m’effraie au plus au point. Et si ça recommençait? Je ne pourrais le supporter. Et si tout simplement, plus aucune FIV ne fonctionnait? Je n’ose l’imaginer. Je navigue entre espoir, peur et défaitisme…

Finalement, comme nous avions commencé, nous allons avancer dans l’incertitude en essayant d’y croire un maximum malgré tout, c’est ça la PMA…

Besoin d’écrire

Mon parcours est déjà bien lourd. Je n’avais pas eu jusque là le besoin de poser les mots. Je me contentais de lire les blogs, sans même les commenter, ça me faisait du bien de savoir que je n’étais pas seule, de savoir que même les parcours les plus difficiles pouvaient avoir une fin heureuse.

J’ai pu voir à quel point la blogosphère formait une véritable famille et me suis dit, pourquoi pas se lancer finalement!

Ecrire notre parcours a été dur et douloureux, mais bizarrement je pense que c’est une bonne chose de pouvoir écrire les choses telles qu’elles se sont déroulées. Nous voulons avancer, nous devons avancer.